BESOIN D’UN CONSEIL ?

Notre Service «Inscriptions» est à
votre disposition du
lundi au vendredi
de 7h45 à 18h30


Ils sont passés par Sévigné - Sévigné Compiègne

Ils sont passés par Sévigné

« Entré en maternelle à Sévigné en 1990 et sorti en 2001 avec mon brevet des collèges, j’ai suivi un cursus d’apprentissage en maçonnerie et carrelage (CAP – BEP – BP). J’ai construit ma maison en 5 ans et j’y habite depuis début 2014. J’ai décidé de m’engager dans l’avenir de mon village et, actuellement, j’y suis candidat aux élections municipales. Mon projet principal est de créer ma propre entreprise.»
Romain – 27 ans

« Après mes études à Sévigné où j’ai été élue au BDE (eh oui…souvenirs, souvenirs..), j’ai fait Hypokhâgne, Khâgne et prépare actuellement l’agrégation. Je reste tellement attachée à cet établissement. »
T.L-T – 24 ans

« Bac G3 à Sévigné puis un BTS et 15 ans dans le groupe Caisse d’Epargne en tant que chargé de clientèle particulier. Et depuis 4 ans je suis prof à l’ESC. »
Marie-Céline

« Elève à Sévigné après mon bac, j’ai intégré une classe préparatoire ENS Cachan économie au lycée Turgot à Paris (3è) puis j’ai passé les concours des Instituts d’Etudes politiques (IEP). J’ai intégré l’IEP de Lille et ai été diplômé en 2008 en section administration générale après un M2 droit de la défense et de la sécurité à l’université de Lille 2. En 2010, je suis devenu Chargé de mission au cabinet de François Baroin, ministre du Budget puis l’ai suivi ensuite au sein de son cabinet lorsqu’il est devenu ministre de l’Economie et des Finances. Depuis septembre 2012, je suis collaborateur parlementaire du Pr Bernard DEBRE, ancien ministre, député de Paris à l’Assemblée nationale. »
Etienne – 29 ans

« Après avoir fait ma scolarité de la maternelle à la terminale à Sévigné, j’ai effectué un BTS ventes et productions touristiques puis une licence chef de projet évènementiel, j’ai effectué un stage dans la marine nationale dans le cadre de ma licence Chef de projet événementiel dans le secteur relations presse et médias. »
Claire – 20 ans

« J’ai obtenu mon BAC STG à Sévigné puis j’ai poursuivi des études supérieures. J’ai créé depuis le réseau « Voulu » en partenariat avec une société informatique »
Valentin – 24 ans

« Après Sévigné, j’ai intégré le groupe Intermarché où j’ai travaillé 15 années. Depuis avril 2012, j’ai repris le camping municipal d’Attichy qui est désormais en gérance privée. J’entame donc ma 3ème saison en faisant découvrir, par le biais d’hébergements insolites, mon établissement mais également ma région. »
Frédéric – 40 ans

« Je suis arrivée en 2nde comme élève interne au lycée en 1997. Après mon BAC à Sévigné et un BTS, je suis devenue militaire avec le grade de Maréchal des Logis Chef. De bons souvenirs et des bons moments, il y en a eu surtout à l’internat avec Elodie, Mélanie et Emilie… !!! »
Sophie – 30 ans

«J’ai passé toute mon adolescence à Sévigné… Cela a été les meilleures années de ma vie… J’en garde un souvenir impérissable… Sévigné a été pour moi bien plus qu’un lycée mais une véritable Ecole de la Vie… Une équipe formidable de la Direction aux Enseignants qui ont fait de moi ce que je suis devenue aujourd’hui (Titulaire d’un BAC+2 Assistant de Gestion PME-PMI) ! Merci d’avoir cru en moi !»
Nancy ZOALGUIDAS – Elève de 2005 à 2009

«Sévigné… mes plus belles années scolaires. Je suis arrivée en septembre 1989 en CAP/BEP secrétariat car pour le collège d’où je venais il fallait que je vois pour «la voie de garage» n’ayant pas le niveau pour passer en seconde. Dur à entendre mais en fait ils ont pris la bonne décision. N’ayant pas un bon niveau mes parents ont pensé me mettre dans une école privée pour avoir de meilleures notes, et bien là ils ont bien fait car non seulement j’ai acquis un meilleur niveau (même en maths où j’étais parfois volontaire pour aller au tableau alors que j’ai fini en 3e avec un 1 de moyenne) mais en plus j’ai rencontré des profs qui ont chamboulé l’idée reçue que j’avais des profs. Des profs sympathiques, à l’écoute et qui n’hésitent pas à répéter ce qui n’était pas compris. Des échanges qui donnent envie de travailler… et là le réveil ! J’ai obtenu mon CAP/BEP, après j’ai fait une première puis une terminale G1… BAC décroché du premier coup en juin 1992. Après tentative d’un DUT carrière juridique, j’ai rattrapé un BTS assistant de direction que j’ai décroché du premier coup. Enfin entrée dans la vie active, 3 ans dans le territorial en tant que secrétaire de mairie, puis envie de découvrir de nouveaux horizons maintenant ça fait 13 ans que je suis dans la Justice faisant fonction de greffier dans un Tribunal de Grande Instance et là je remercie le tremplin Sévigné qui m’a permis ce magnifique parcours. Je n’hésite pas à recommander cet établissement riche en éducation et magnifique humainement parlant, et espère qu’un jour pouvoir voir ma fille y faire ses études.»
Valérie FRANCOIS – Elève de 1989 à 1993

«Quand je suis arrivée à Sévigné, mes enfants avaient respectivement 5 ans et 4 ans. C’était à la rentrée de Septembre 1998. L’Institution Sévigné était une « belle endormie » qui vivait des souvenirs laissés par les anciens compiégnois qui étaient passés par là. Rien ne semblait avoir bougé depuis des siècles. Toujours les mêmes peintures beige et marron, les mêmes cailloux poussiéreux dans la cour d’honneur… Tout le monde, à Compiègne, connaissait l’Institution Sévigné, gentil petit établissement catholique du centre-ville. Et puis est arrivé Monsieur DUCROCQ, véritable « tornade » qui avait décidé que Sévigné allait jouer « autrement ». Il a eu de l’ambition pour cet établissement. Il a commencé par peindre de couleurs différentes chaque volet de l’école maternelle (certains doivent comme moi, encore s’en souvenir). Quelle étrange idée ! Mais c’était le début d’une longue série d’innovations, d’inventions, de création. Il allait falloir s’y faire ! Tout le monde s’est adapté (ceux qui ne l’ont pas supporté sont partis) a suivi puis a fini par applaudir et adhérer. Aujourd’hui, Sévigné compte dans le paysage. Seule question : qu’est-ce que ce chef d’établissement va inventer pour préparer Sévigné à demain.»
Catherine SCHRYVE – Trésorière de l’OGEC

«De la maternelle au lycée que de bons souvenirs, les instits, les profs les élèves. Sévigné ce n’est pas qu’une école, un collège, un lycée, c’est un collectif qui veille sur chacun des élèves. Outre l’enseignement Sévigné apporte les valeurs de la vie, le respect, la rigueur, un encadrement. Aujourd’hui tout le monde veut se constituer un réseau, Sévigné a cette richesse, la sève est la continuité. Orienté par le directeur de l’époque, vers une filière professionnelle CAP BEP puis G2 (comptabilité) mal vu dans les années 1990, puis boudée de nos jours, je m’y suis révélée c’était ma voix, j’ai acquis des bases solides pour me lancer dans la vie active. Par la suite j’ai obtenu mon BTS professions immobilières ce qui m’a permis d’ouvrir mon agence immobilière. Il était évident que mes enfants soient à Sévigné, ils soudent leur amitié avec leurs camarades et j’espère qu’ils rejoindront La Sève.»
Valérie BLAMPAIN-GUEUDET – Élève de 1974 à 1990

«Sévigné ou l’Esprit de Famille. Enseignante à Sévigné de septembre 1976 à avril 1995 en comptabilité matières professionnelles en BEP comptabilité- secrétariat, ma fille aînée élève de la 4e à la TG1 en passant par BEP secrétariat, ma fille cadette du CM2 à la 3e. Ma fille aînée vient de recevoir sa médaille du travail pour ses 20 ans de secrétaire de mairie, ma fille cadette est animatrice périscolaire. En ce qui me concerne c’est toujours avec joie et surprise que je rencontre des anciens élèves. Un ancien élève et sa femme sont devenus des amis de ma fille cadette, au téléphone en prenant un rendez-vous on reconnaît ma voix, on se retrouve à un repas d’une amie commune, je fais du KT à la fille d’un ancien élève, ma fille cadette a eu la fille d’une ancienne élève en périscolaire, sans parler des retrouvailles diverses et variées. Après tant d’années je suis surprise que tous nous gardions un excellent et même souvenir de cette époque.»
Michèle ABHRAME – Enseignante de 1976 à 1995

« J’ai débuté ma scolarité au sein de l’école Sévigné de Compiègne, et j’y suis restée jusqu’en Troisième. J’ai quitté Sévigné pour suivre un cursus littéraire. Puis après une licence en droit, je suis allée à Lille pour un master en droit privé et sciences criminelles, je continue toujours mes études, mon objectif étant de devenir avocate. Cette année je passe le concours d’entrée à l’école d’avocat après avoir suivi une formation au sein de l’institut d’études judiciaires de l’université de Lille 2 pour intégrer l’école d’avocat de Lille et obtenir le concours du barreau, et de pouvoir exercer ce métier en me spécialisant principalement dans le droit pénal.»
Manon PETIT – Élève de 1995 à 2007

«Je suis arrivé à Sévigné en 2006 à l’âge de 11 ans, et en suis ressorti à 19 ans. Autant dire que cette institution, et ses valeurs me resteront. Après un parcours plutôt moyen au collège, j’ai eu la chance d’être orienté, d’être accompagné par des professeurs extrêmement impliqués, ainsi qu’un Directeur particulièrement à l’écoute. S’en est suivi un parcours quelque peu original pour moi, puisque après avoir obtenu mon bac STG, je me suis vu offert l’opportunité de passe un bac ES, que j’ai obtenu également. Cette réorientation m’a permis de préparer et de passer les concours des IEP, dont celui de mon IEP actuel, Sciences Po Grenoble. Je suis actuellement en deuxième année à Sciences Po Grenoble, en mobilité académique à l’Université Libre de Bruxelles. Ce parcours, je le dois en grande partie Sévigné, une institution tournée vers l’autre, riche de ses valeurs et soucieuse de les transmettre. Un Directeur, Erick DUCROCQ, prêt à venir en aide à ceux qui le demandent. Pour peu que l’on s’en donne les moyens, Sévigné représente une véritable opportunité pour qui veut réussir et s’ouvrir aux autres.»
Benjamin GAUDERLOT – Élève de 2006 à 2014

«Bonjour La Sève, Je me souviens quand tu es née, un beau bébé plein de promesse. Sévigné c’est ma famille d’adoption, je débarquais de la région parisienne, j’allais vivre en Picardie et je ne connaissais pas Compiègne, je savais seulement qu’il y avait l’UTC. Mon premier jour, je l’ai remis entre les mains de Mme Marandon qui m’a gentiment parlé à la pause, et puis je ne travaillais que 2 h le jeudi et 2 aussi le vendredi en 3ème. Mr Caramel était le titulaire ! L’année suivante, j’étais entre Sévigné et La Tilloye et puis il a fallu choisir et j’ai choisi : Sévigné, merci à tous ceux qui ont été pendant ces 9 années des collègues super chaleureux, merci aux élèves pour leur affection, merci à tous ceux qui m’ont aidé à progresser dans ma pratique d’enseignant, d’éducateur. Je me souviens d’un cours en Seconde, le premier : une élève (Servane) me dit : on a encore physique d’un air de désespoir, j’ai compris ce jour-là qu’il allait falloir faire autrement. Une année j’ai eu deux stagiaires de seconde et ils ont nettoyé le labo (2 mois de manip) et fait l’inventaire, leur plaisir a été de faire la photo avant-après, j’ai compris ce jour-là que je devais m’organiser ! Je me souviens de Paul, heureux papa le jour de la sortie à Caen, j’ai fait le débarquement à l’arrache avec ma fille Orane qui a servi de mascotte aux Troisièmes, j’ai compris qu’il fallait être disponible. Un jour de conseil, ce moment de grand partage, un charmant ancien directeur, émérite professeur de mathématique, porteur de la blouse blanche comme d’autres portent le veston Brumell a tamponné ma main avec avertissement de discipline, j’ai compris que le port de la blouse autorisait quelques libertés et j’en ai profité. Un jour alors que j’étais tranquille , j’étais pénarde assise tranquille dans mon labo, on m’a dit tu vas être prof de techno en 6ème, j’ai dit ok, et maintenant j’ai compris qu’il ne faut pas acheter une scie au rabais même pour faire des économies à l’école. Cette année-là y a des élèves qui ont voté pour Marie Curie et du coup je suis devenue marraine, j’ai compris qu’il était difficile de faire des projets seule, on a planté, on a visité, on a revisité et puis on a dansé et ce jour-là j’ai compris qu’il fallait éviter de faire un bal de promo le jour d’un match du mondial AÏE ! On aurait pu rencontrer la petite fille de Marie Curie et puis ça n’a pas été permis, j’ai compris que c’était difficile d’aller contre une volonté supérieure, ça m’a rendue triste aussi. Cette année de début de promo y avait un promu qui est devenu prometteur et qui tient ses promesses, même si un jour il m’a dit je serai directeur et que je regardais ce petit bonhomme en me disant qu’il lui faudrait beaucoup de ténacité. J’ai compris que la valeur n’attend pas le nombre des années. N’est-ce pas Simon ? Je me souviens d’un écran
qui est apparu un jour sur le mur de la salle des profs et du délire que ça a entraîné, y en a encore qui s’en souviennent, n’est-ce pas Mohamed ? J’ai compris ce jour-là qu’il y avait des bornes que l’on pouvait dépasser. Un jour il a fallu que je parte et ce jour-là, j’ai compris que mon cœur serait toujours en Picardie à Compiègne au 20 rue de la préfecture. Alors même si vous partez à la retraite même si vous changez de région même si vous changez d’établissement, ben il restera toujours une part de Sévigné en vous, on ne sort pas indifférent. »
Chrystel NICOLAS – Enseignante de 2000 à 2009

« Elève à Sévigné après mon bac, j’ai intégré une classe préparatoire ENS Cachan économie au lycée Turgot à Paris (3è) puis j’ai passé les concours des Instituts d’Etudes politiques (IEP). J’ai intégré l’IEP de Lille et ai été diplômé en2008 en section administration générale après un M2 droit de la défense et de la sécurité à l’université de Lille 2. En 2010, je suis devenu Chargé de mission au cabinet de François Baroin, ministre du Budget puis l’ai suivi ensuite au sein de son cabinet lorsqu’il est devenu ministre de l’Economie et des Finances. Depuis septembre 2012, je suis collaborateur parlementaire du Pr Bernard DEBRE, ancien ministre, député de Paris à l’Assemblée nationale. »
Etienne DIOT – Élève de 1987 à 1995

«Avant de commencer à Sévigné j’étais ce que l’on peut appeler un élève plutôt moyen, je ne savais pas où me diriger au niveau des études, et c’est là où j’ai entendu parler de Sévigné, un établissement qui donne sa chance à tout le monde, pas seulement une élite mais à tout élève qui a envie de s’en sortir. Alors mon inscription en BEP Comptabilité est arrivée et je suis entré à Sévigné, En peu de temps j’ai repris confiance en moi grâce au corps enseignant toujours dévoué et particulièrement attentif aux attentes et besoins de chaque élèves, pas seulement dans un souci de résultats mais surtout dans un souci d’épanouissement de l’élève et de réussite personnelle. J’ai ensuite continué naturellement vers un bac STG option Mercatique, toujours entouré et accompagné pour une réussite totale au Bac. J’ai intégré un BTS assistant de Gestion PME-PMI que j’ai décroché sans encombre dû à la Formation parfaite des enseignants. Le temps des études étant terminé, j’ai commencé à travailler dans des PME de la région Picarde et j’ai ensuite ressenti le besoin de voir plus que la France, je suis donc parti vivre en Irlande, où j’ai commencé par travailler chez Google leader des nouvelles technologies et ensuite j’ai intégré IBM en tant que ingénieur commercial, l’une des plus grande Société dotée d’une reconnaissance internationale et d’une image de marque, et d’une innovation qui n’est plus à démontrer. Je suis aujourd’hui persuadé que sans les professeurs et la Direction de Sévigné qui nous pousse toujours vers le haut et évidement mon investissement personnel je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. »
Edouard RIVOAL — Élève de 2005 à 2011

« Comme tout le monde le dirait : « Sévigné, c’est une grande famille ! ». J’y ai passé sept ans de ma vie. Obligatoirement, ça laisse des traces. Les années collège n’ont pas été les meilleures de ma vie. Les professeurs peuvent en témoigner. Mais, cela m’a permis d’apprendre sur les personnes et sur moi-même. Passé ce cap, le lycée Professionnel à Sévigné a été pour moi une révélation. Les professeurs donnent envie d’apprendre et la classe reste inoubliable. Grâce à ces années à Sévigné, j’ai pu apprendre à penser et à voir différemment. Aujourd’hui, j’ai des bases solides. Le « après Sévigné » a été plus que mouvementé. Mais, je repense toujours à ces professeurs du lycée et à ce qu’ils nous disaient. Moralité, ce n’est pas grave si nous nous rendons compte, que nos certitudes sur ce que nous voulons faire de notre vie ne sont pas les bonnes. Il faut essayer, tester, apprendre et à chaque fois que l’on chute il faut se relever et c’est grâce à tout cela qu’on finit par trouver notre voie. J’ai eu la chance de faire un service civique de six mois dans un centre de demandeur d’asile. Cela a changé ma façon de voir les choses. Aujourd’hui, je fais mes études aux Etats-Unis pour ensuite faire un BTS Tourisme. Merci Sévigné pour ces années riche en expérience. »
Anaïs PIOT – Elève de 2007 à 2014

«Arrivé à Sévigné en classe de 6ème, j’y suis parti que 7 ans plus tard après avoir obtenu mon bac avec mention. J’ai ensuite opté pour une classe préparatoire sur Reims où je passe le concours d’admission aux grandes écoles de commerce. Après 2 mois d’épreuves orales et écrites, je suis reçu à Montpellier Business School, école classée 9e au classement national en 2016. Je continue mon cursus et je choisis d’étudier une année complète du côté d’Al-Aïn aux Émirats Arabes Unis dans la célèbre United Arabe Emirates University, classée parmi les meilleures universités mondiales dans le domaine du management et de l’économie. Je retiendrai de mon passage à Sévigné que c’est une très belle école, caractérisée par des valeurs riches et fortes utiles dans la vie ! »
Louis BOUTER – Elève de 2006 à 2013

« Et vous aussi, donnez-nous des nouvelles. Que devenez-vous ? » enveloppe